Les Terres de Louis Pasteur, un Patrimoine qui relie le passé et le présent

Les Journées européennes du patrimoine offrent une occasion de découvrir et de valoriser les sites architecturaux, historiques ou paysagers de nos territoires. Parmi ceux-ci, les « sites patrimoniaux remarquables », créés en 2016, regroupent « les villes, villages ou quartiers dont la conservation, la restauration, la réhabilitation ou la mise en valeur présentent, au point de vue historique, architectural, archéologique, artistique ou paysager, un intérêt public ».

En plein cœur du Jura, les Terres de Louis Pasteur regroupent la maison natale et la maison secondaire du célèbre microbiologiste. En valorisant l’héritage de Pasteur, elles assument le rôle du patrimoine dans la compréhension du passé et du présent. Rencontre avec Mme Sylvie Morel, directrice des Terres de Louis Pasteur. 
 

Pouvez-vous présenter la Maison Louis Pasteur et les activités que vous proposez pour la valoriser ?

 

Les Terres de Louis Pasteur sont un établissement public de coopération culturelle qui comprend la maison natale de Louis Pasteur (né à Dole en 1822) et sa maison d’Arbois, qui appartient aujourd’hui à l’Académie des Sciences de Paris. Cette dernière fut la seule qu’il posséda de son vivant. Il y emménagea à l’âge de 8 ans et la garda jusqu’à sa mort en 1895.

Cette maison a ceci d’unique qu’elle a conservé ses meubles depuis la mort de Pasteur. La chambre, les pièces de vie, le salon et, bien sûr, le laboratoire qu’il fit installer à l’âge de 57 ans pour poursuivre ses travaux sur les fermentations. C’est le seul laboratoire de Louis Pasteur qui existe encore aujourd’hui, les autres, à Paris, Lille ou Strasbourg, ayant été fermés, détruits ou transformés.

Visiter les maisons de Louis Pasteur est intéressant à plus d’un titre. Tout ce qui se trouve dans la maison est d’origine : chaque objet, choisi et utilisé par Pasteur, a été conservé minutieusement jusqu’à nos jours. Sa maison d’Arbois n’avait rien d’une maison de vacances ! Il se levait à cinq heures pour travailler sur des recherches documentaires ou à l’écriture de comptes-rendus scientifiques, dans le calme qui lui manquait dans les grandes villes qu’il a pu habiter. La science n’est pas qu’une affaire de laboratoires.

Nous y conservons ses cahiers de traduction, documents essentiels au défrichage d’hypothèses scientifiques qu’il validait ensuite en laboratoire. Ces derniers, au regard de leur importance dans le patrimoine scientifique, ont été classés au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco, mais ne sont pas visibles du public pour le moment. Nous prévoyons une restauration de la maison en 2023, qui permettra de les rendre accessibles.

 

 

Sylvie Morel, directrice des Terres de Louis Pasteur

 

Un tel patrimoine peut-il jouer un rôle particulier dans le cadre de la crise sanitaire actuelle – Louis Pasteur étant l’inventeur du vaccin ?

 

Visiter la maison de Pasteur permet de rappeler le contexte d’une période où les vaccins n’existaient pas. A l’époque, on évitait les hôpitaux, car ils étaient assimilés à des mouroirs. Les gens mouraient chez eux, côtoyaient des maladies très graves et difficiles à vivre, comme la variole, les septicémies, la rage, le choléra… Pasteur, lui-même, a perdu trois enfants sur cinq ! L’arrivée des vaccins a été une véritable révolution scientifique et médicale, qui résonne évidemment fortement avec la crise sanitaire que nous vivons actuellement.

Les bienfaits des vaccins sont relativement invisibles : on ne constate pas la bonne santé, et donc leur intérêt peut sembler moins évident aujourd’hui. Nous tâchons d’expliquer la pertinence et l’efficacité de cette invention, qui a profondément changé le monde et la vie des gens.

 

Quelle est votre programmation à l’occasion des Journées européennes du patrimoine ?

 

Il nous tient à cœur d’incarner le patrimoine de Pasteur, de le faire vivre à travers une approche sensorielle et intuitive. Dans la lignée des visites théâtralisées des années précédentes, nous organisons des visites sensorielles en collaboration avec un parfumeur de la région. L’idée est d’évoquer les origines et la vie de Pasteur en mobilisant les cinq sens.

Nous travaillons aussi avec le Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté sur la mise en place de spectacles liant le théâtre et la science, afin de rendre concret un discours scientifique qui peut paraître abstrait. Le spectacle Lettres à Louis Pasteur met en scène des messages adressés par des contemporains au scientifique. Mises en scène par le metteur en scène franco-belge Jean-Claude Idée, ces lettres font dialoguer l’héritage du scientifique et les enjeux contemporains, écrits par des personnes aux profils variés. Les représentations auront lieu fin 2022 mais les Journées européennes du patrimoine 2021 seront l’occasion de produire un premier « work in progress » (« travail en cours ») le samedi et dimanche à Arbois, Dole, Salins les Bains et Besançon. C’est une manière d’aborder différemment le bicentenaire de sa naissance, en 2022.