Patrimoine naturel et paysager

Le ministère de la Transition Écologique et Solidaire s'associe au ministère de la Culture afin que les établissements publics sous sa responsabilité, ses différents partenaires et toutes les structures concernées par la préservation et la valorisation des patrimoines naturel et paysager participent à cette 35e édition des Journées européennes du patrimoine, autour du thème « L’art du partage ».
© Thierry Degen - Terra

Le patrimoine naturel est préservé sur près de 21% des terres et 22% des eaux françaises. Un large éventail d’aires protégées a été développé pour préserver les espaces naturels et les espèces remarquables ou ordinaires, menacés ou représentatifs de la biodiversité française et européenne.

Ces aires protégées partagent avec tous les autres espaces naturels un caractère essentiel, qui entre en résonance avec le thème retenu cette année : leur ouverture à tous, permettant à chacun de venir prendre conscience de la diversité des formes de vie et de se sensibiliser aux comportements visant à en garantir la préservation à long terme.

© Thierry Degen - Terra

Les parcs nationaux, souvent les plus connus, attirent à eux seuls plus de 8.5 millions de visiteurs chaque année. Vous pourrez également découvrir les réserves nationales et régionales, les parcs naturels régionaux ou les sites du réseau européen Natura 2000. Au cours de ces journées européennes vous pourrez partager un peu du quotidien des professionnels qui  assurent la gestion de ces espaces, partager leur enthousiasme à préserver une nature qui est parfois d’une grande fragilité, qui mérite le regard et les soins de tous, et pour la préservation de laquelle tout un chacun peut agir.

© Laurent Mignaux - Terra

Le ministère de la Transition Ecologique et Solidaire porte par ailleurs une politique dédiée à la protection pérenne des paysages les plus remarquables du territoire national. Elle vise à préserver des lieux dont le caractère exceptionnel justifie une protection de niveau national, et dont la conservation ou la préservation présente un intérêt général du point de vue artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque. Elle comporte deux niveaux de protection réglementaire, les sites inscrits et les sites classés, et un label de valorisation de démarches territoriales.

Il existe 2700 sites classés et près de 4500 sites inscrits représentants respectivement 1,6 % et 2,5 % du territoire. Ces sites recouvrent des réalités très diverses, la protection intéressant aussi bien des éléments isolés (arbres, rochers, lacs, cascades…) que des espaces ou ensembles paysagers, naturels ou façonnés par l’homme, pouvant atteindre de vastes dimensions. Quant aux 17 Grands Sites de France, on évalue leur fréquentation touristique à environ 40 millions de visiteurs par an. L’art du partage, c’est alors celui de créer les conditions d’une expérience unique pour les visiteurs, qui ne s’opère pas au détriment de la vie locale mais permette bien au contraire d’aller à sa rencontre, d’en partager l’esprit et les productions agricoles, artisanales, culturelles…

La Convention européenne du paysage signée en 2000 à Florence, et ratifiée aujourd’hui par 39 Etats dont la France, vise à renforcer notamment la présence du paysage comme expression de l’histoire d’un territoire et valeur à partager entre différentes cultures.

A plus large échelle encore, la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel réunit les notions de protection de la nature et de préservation des biens culturels. Elle reconnaît l’interaction entre l’être humain et la nature et le besoin fondamental de préserver l’équilibre entre les deux. La Liste du patrimoine mondial comprend des biens considérés comme de "valeur universelle exceptionnelle", et qui représentent aujourd’hui la diversité des cultures et de la biodiversité dans le monde. Au 1er janvier 2018, la Liste du patrimoine mondial compte 1073 biens répartis dans 167 États, dont 37 transfrontaliers. La France en compte 43 : 39 biens culturels, 3 biens naturels et 1 bien mixte.

L’art du partage, dès lors, c’est aussi celui de mettre en place des coopérations pour faire vivre tous les espaces de nature et les paysages transfrontaliers.

© Parc national des Pyrénées

Ce paysage de montagne exceptionnel, qui rayonne des deux côtés des frontières nationales actuelles de France et d'Espagne, est centré sur le pic du Mont-Perdu, massif calcaire qui culmine à 3 352 m. Le site, d'une superficie totale de 30 639 ha, comprend deux des canyons les plus grands et les plus profonds d'Europe sur le versant sud, du côté espagnol, et trois cirques importants sur le versant nord, plus abrupt, du côté français – formes géologiques terrestres  classiques. Ce site est également un paysage pastoral qui reflète un mode de vie agricole autrefois répandu dans les régions montagneuses d'Europe. Il est resté inchangé au XXe siècle en ce seul endroit des Pyrénées, et présente des témoignages inestimables sur la société européenne d'autrefois à travers son paysage de villages, de fermes, de champs, de hauts pâturages et de routes de montagne.

Dans ces espaces transfrontaliers comme partout ailleurs sur le territoire, venez découvrir les manifestations programmées au titre des patrimoines naturel et paysager, autour de l’art du partage.