Histoire des Journées européennes du patrimoine

Créée en 1984 par le ministère de la Culture, la Journée portes ouvertes dans les monuments historiques est organisée le troisième dimanche du mois de septembre et connait un succès immédiat auprès du public.
© DR

Lors de la deuxième conférence des ministres européens de la culture organisée par le Conseil de l’Europe en 1985 à Grenade, Jack Lang, alors ministre de la Culture, propose d’élargir à toute l’Europe l’initiative française. De nombreux pays européens emboîtent ainsi le pas à la France en mettant à leur tour en place un événement similaire à la même période de l’année.

En 1991, le Conseil de l’Europe officialise les Journées européennes du patrimoine, auxquelles l’Union européenne s’associe en soutenant le bureau de coordination dans sa mission de promotion internationale.

La manifestation connaît une réussite inégalée en Europe ; près de 50 des pays signataires de la convention culturelle européenne déclinent l’événement qui rassemble chaque année quelque 30 millions de visiteurs.

En France, la Journée Portes ouvertes dans les monuments historiques connaît un tel engouement qu’elle se déroule à partir de 1992 sur deux jours, le troisième week-end de septembre, prenant alors le nom de Journées du patrimoine. L’appellation Journées européennes du patrimoine sera définitivement adoptée en 2000.

Événement culturel incontournable de la rentrée en France, les Journées européennes du patrimoine témoignent de l’intérêt des Français pour l’histoire des lieux et de l’art. Associant initiatives publiques et privées, elles offrent l’occasion de faire connaître l’action des pouvoirs publics en collaboration avec les collectivités territoriales et les propriétaires publics et privés, et de présenter le travail de celles et ceux qui agissent quotidiennement au service de la connaissance, de la sauvegarde et de la mise en valeur du patrimoine.

Ces journées sont également un moment privilégié permettant aux Français de visiter leur patrimoine national (monuments, églises, théâtres, châteaux, etc.) mais aussi de découvrir des demeures privées et bon nombre de bâtiments (ministères, tribunaux, préfectures, mairies, etc.,) habituellement fermés au public. Les lieux dits de pouvoir continuent aujourd’hui encore d’attirer le plus grand nombre de visiteurs.

De manière générale, le succès de la manifestation repose sur la grande diversité de lieux proposés à la visite parmi lesquels des chefs-d’œuvre de l’architecture civile ou religieuse mais aussi des témoins des activités industrielles ou agricoles, des parcs et jardins, des sites archéologiques, des bâtiments du patrimoine littéraire, fluvial ou militaire, etc. permettant la mise à l’honneur du patrimoine sous toutes ses formes.

Depuis 1995, un thème national permet de fédérer les initiatives locales, de mettre en lumière un aspect particulier du patrimoine et de structurer la communication de cet événement. Ces thèmes favorisent des ouvertures insolites et des animations particulières, renouvelant ainsi chaque année l’intérêt des visiteurs.

 

Les Journées européennes du patrimoine sont organisées et coordonnées au niveau national par la Direction générale des patrimoines qui met en place les relations avec les partenaires institutionnels, la presse nationale et les mécènes. Les directions régionales des affaires culturelles sont les opérateurs de ces Journées sur l’ensemble du territoire.