Sélection régionale Île-de-France

Publié le 30.08.2019
Cette année, les sélections régionales du programme des Journées européennes du patrimoine vous sont présentées sous un nouvel angle. Des personnalités et acteurs de la culture partagent leurs coups de cœur de cette 36e édition dans leur ville et dans leur région.
Pour l’Île-de-France, suivez les conseils de visites de Stéphane Asseline, photographe pour l’inventaire du patrimoine culturel de la région Île-de-France, et consultez la carte pour découvrir les animations organisées dans les lieux qu’il recommande.

Stéphane Asseline, photographe

Je suis diplômé de l'école de photographie Louis Lumière. J'en suis sorti en 1992 et pendant plus de 10 ans, j'ai travaillé dans la publicité tout en ayant parallèlement une production plus artistique que je poursuis encore aujourd'hui. En 2002 j'ai intégré l'inventaire du patrimoine culturel. Pour André Malraux, fondateur de cette mission, la photographie en est l'outil d'enregistrement central. La dimension mémorielle de la photographie va de pair avec l'étude, la conservation et la diffusion du patrimoine culturel. Tel est mon lien avec le patrimoine mais pour être honnête c'est toujours l'être humain qui m’intéresse le plus et sa façon dont il crée, s'approprie, détruit ou reconstruit le patrimoine. Celui d'hier et de demain.

Ses coups de cœur pour cette 36e édition

La fondation Coubertin à Chevreuse et la maison Louis Carré à Bazoches-sur-Guyonne, unique œuvre de l'architecte finlandais Alvar Aalto en France. Ce dernier a servi de lieu de tournage du clip Come de Jain !
Sinon mon conseil est plutôt de ne pas avoir peur d'aller voir des lieux moins connus comme par exemple la pisciculture de Villette dans les Yvelines.

Pour lui, les Journées européennes du patrimoine, c’est…

le point d'orgue de ce que nous faisons toute l'année c'est à dire étudier puis faire connaître le patrimoine culturel dans toute son histoire, sa beauté et sa diversité pour donner aux gens matière à penser notre société. 




Découvrez quelques idées de visites supplémentaires en Île-de-France

Cliquez dans la carte pour découvrir les animations des différents lieux : 


Une première participation : le Cirque d’hiver Bouglione, Paris

Le cirque d’hiver voit le jour le 11 décembre 1852 grâce au duc de Morny et à Jacques Hittorf, son architecte. L’édifice se dessine sur 42 mètres de diamètre et compte 40 fenêtres réparties sur 20 pans formant un icosagone. En 1934, les frères Bouglione reprennent la direction du cirque. Plus ancien cirque encore en activité, il est inscrit au titre des monuments historiques en 1975.

Un lieu partenaire : la Station cinéma RATP, Paris

Tout le monde l’a vu sur grand écran mais personne ne l’a empruntée depuis 1939 : la station Porte des Lilas-Cinéma est fermée au public mais prisée des réalisateurs qui l’utilisent pour insuffler à leurs films l’ambiance du métro parisien. Chaque jour, des milliers de voyageurs transitent par la station Porte des Lilas sans se douter que derrière une porte grise se cache cette autre station, véritable plateau de cinéma où sont tournés en moyenne 5 films par an.

Un lieu en lien avec le thème "Arts et divertissements" : le vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines

Le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines est inauguré en 2014. Il est doté d’une piste olympique intérieure de 250 mètres de long et 8 mètres de large et d’une piste de BMX couverte en extérieur. En 2024, il accueillera les épreuves de cyclisme à l’occasion des Jeux olympiques d’été.

Un lieu participant à "Levez les yeux !" : le musée français de la carte à jouer, Issy-les-Moulineaux

Créé en 1981, il est l’un des rares musées dans le monde consacré au thème de la carte à jouer. Une donation au profit de la ville d’Issy-les-Moulineaux en 1930 est à l'origine de cette collection. Plus de 7 000 jeux de cartes, plus de 1 000 gravures, dessins, affiches ainsi que des milliers d’objets sont conservés dans le musée.

Les ateliers d’art de la Réunion des musées nationaux - Grand Palais, Saint-Denis

Cet établissement public du ministère de la Culture possède deux ateliers : l’un de moulage, l’autre de chalcographie (gravure sur cuivre). Avec leurs fonds de respectivement 6 000 références et 13 000 plaques gravées, ces ateliers sont tous deux chargés de diffuser auprès du public des tirages et des reproductions des chefs-d’œuvre de l’histoire des arts.

Un lieu de mémoire : la forteresse du Mont-Valérien, Suresnes

Construite de 1840 à 1846, il s’agit d’un lieu chargé de mémoire pour les Français : au cours de la Seconde Guerre mondiale, 1 008 résistants et otages y ont été fusillés par l'armée allemande. La forteresse accueille le Mémorial de la France combattante, inauguré par le président Charles de Gaulle en 1960.

Un lieu sélectionné pour la mission "Patrimoine en péril" : les anciens réfectoires Menier, Noisiel

Les anciens réfectoires, bâtis par les industriels Menier d’après les plans de Louis Logre en 1884, sont situés au cœur de la cité ouvrière. Ils sont inscrits au titre des monuments historiques en 1986. Acquis par la commune après le départ des Menier, un projet porté par la ville de Noisiel, labellisée "Ville d’art et d’histoire", ambitionne de transformer les réfectoires en équipement de proximité offrant des espaces aux associations et comprenant des espaces dédiés aux événements culturels et touristiques municipaux.



Consultez le programme complet en Île-de-France