À la découverte des trois plus anciennes institutions théâtrales et musicales de France

Publié le 28.06.2019
L’Opéra national de Paris, la Comédie-Française et l’Opéra-Comique sont les trois plus anciennes institutions théâtrales et musicales de France. Le thème « Arts et divertissements » étant à l’honneur de cette 36e édition, zoom sur ces lieux patrimoniaux remarquables.

L’Opéra national de Paris célèbre cette année ses 350 ans d’existence et prépare le futur

En 1669, à la demande de Louis XIV, le premier opéra permanent au monde est fondé sous le nom d'Académie royale de musique. Cette année, cette institution, que l’on connaît désormais sous le nom d’ Opéra national de Paris, fête ses 350 ans.

Le Palais Garnier qui porte le nom de son architecte Charles Garnier (inauguré en 1875 et classé au titre des monuments historiques depuis 1923) et l’Opéra Bastille, conçu par les architectes Carlos Ott, Roger Saubot, François Julien (inauguré en 1989 et labellisé « Architecture contemporaine remarquable ») sont aujourd’hui les deux composantes de cette institution. Bien que très différentes l’une de l’autre, leur architecture est exceptionnelle.

En février dernier, l’Opéra national de Paris a désigné l’architecte qui parachèvera l’Opéra Bastille : L’aménagement de la salle modulable, qui faisait partie du projet initial de Carlos Ott, et la construction des nouveaux ateliers Bastille à l’horizon 2023 ont été confiés au cabinet danois Henning Larsen Architects accompagné de Reichen et Robert & Associés. La nouvelle salle modulable accueillera notamment de nouvelles formes de spectacles plus légères à des prix très accessibles. Les travaux débuteront dès 2020.

 

La Salle Richelieu, cœur de la Comédie-Française depuis 220 ans

La Comédie-Française, que certains surnomment encore « Le Français » est une institution culturelle française fondée en 1680 sur ordonnance royale de Louis XIV afin de réunir les deux seules troupes parisiennes de l’époque, la troupe de l’hôtel Guénégaud (qui n’est autre que celle de Molière) et celle de l’hôtel de Bourgogne.

Initialement destinée à être un opéra, la Salle Richelieu, ayant pour ambition de ne pas rompre l’harmonie du Palais-Royal, est construite à l’initiative du duc de Chartres par l’architecte Victor Louis.

Il faut toutefois attendre 1799 et la réunification des troupes pour que cette salle à l’italienne s’impose définitivement comme le théâtre de la Comédie-Française, classée au titre des monuments historiques.

La Comédie-Française donne plus de 900 représentations par an à la Salle Richelieu et dans ses deux autres théâtres - Théâtre du Vieux-Colombier et le Studio-Théâtre, situé dans le Carrousel du Louvre - et en tournées.

 

L’Opéra-Comique

Également fondé sous le règne de Louis XIV, l’ Opéra-Comique voit le jour en 1714. À l’histoire tour à tour turbulente et prestigieuse, cette institution a multiplié les rebondissements depuis sa création.

Se définissant par l’utilisation de pantomimes et de parodies d’opéras adoptées afin de déjouer la censure, l’Opéra-Comique fut finalement adoubé en 1714. Cet art, qui consiste aujourd’hui encore à intercaler des dialogues parlés dans les œuvres chantées, est alors très populaire.

L’institution pose ses valises au sein de la Salle Favart, du nom du fameux auteur de livrets, le 28 avril 1783. Construit par l'architecte Jean-François Heurtier, le théâtre est inauguré en grande pompe puisque la reine Marie-Antoinette compte parmi les officiels présents. La Salle brûle une première fois en 1838 et une seconde, en 1887. L’actuel Théâtre national de l’Opéra-Comique, fruit de l'architecte Louis Bernier, date de 1898. Il est classé au titre des monuments historiques depuis 1977. Bâti selon un modèle moins strict que les précédents, on note dans l’actuel bâtiment la présence d’un riche statuaire, dont l'imposante corniche est particulièrement pourvue, soutenue par six superbes cariatides.

L’établissement proposera des visites libres et guidés (sur réservation) en son sein dimanche 22 septembre entre 10h et 18h.